Brin d'aventure

Patchwork de Fantasy, SF, Policier et jeu

Lowachee, Karin : Warchild

| 0 Commentaires

Résumé :

couverture de warchildJos Musey a huit ans. Et à huit ans, comme beaucoup de gamins de son âge, il n’a pas la moindre idée de ce que sera sa vie future. En fait, il n’a même aucune idée de ce que sera sa vie dans quelques minutes, car il ignore s’il en aura toujours une, de vie. Quant aux pirates qui attaquent les vaisseaux marchands du ConcentraTerre, des vaisseaux comme le sien, il ne sait que ce que les grands ont bien voulu lui en dire : la mort, l’esclavage, et les choses sans nom que certains adultes font avec les enfants… Et il y a les Striviirc-na. Les aliens. Jos en sait encore moins à leur sujet. Juste qu’ils mangent les enfants… et qu’ils ont avec eux le Warboy, le guerrier ultime, l’Ennemi. Mais il y a une chose pourtant que Jos sait à coup sûr. Les combats qu’il entend depuis sa cachette dans les entrailles du Mukudori, les cris, les tirs de laser et l’odeur de fumée sont sans appel : les méchants arrivent et ses parents sont morts…

Mon avis :

Auteure canadienne quasiment inconnue en France, Karin Lowachee a été finaliste du Prix Philipp K. Dick en 2002 pour ce roman.

Toutes les ficelles d’un bon space opéra sont là : vaisseaux spatiaux, batailles et extra terrestres émaillent le récit et construisent une intrigue bien menée. Le héros, de petit orphelin de 8 ans, capturé par des pirates au début du livre, deviendra à 17 ans une des pièces maîtresses du jeu diplomatique dans la guerre entre les Strits et les humains.

Mais toute l’originalité de ce Space Opera réside en son personnage principal et dans la façon dont le style narratif suit la croissance et l’évolution psychologique du héros. Dans la première partie, un style rapide, haché, à la 2e personne du singulier rythme la capture de Jos et sa vie en captivité auprès du chef des pirates. Un peu pénible à la lecture, (on est heureux lorsque cette période s’achève) elle met parfaitement en valeur la détresse et la solitude du petit garçon subitement arraché à sa vie avec ses parents et jeté dans un monde cruel et menaçant. C’est à partir de ce traumatisme qu’il se construit et évolue lentement dans la 2e partie, racontée à la 1ère personne du singulier. Il a repris (plus ou moins) la direction de sa vie et peut se l’approprier et grandir.

Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants et parfois déroutant : le warboy, chef de guerre des aliens est un humain ayant adopté le point de vue et la manière de vivre des « ennemis ». Cet univers est un mélange de culture maori symbolisée par la peinture élaborée des visages des Strits et de culture et philosophie asiatique.

L’amitié entre Jos et le warboy ne vas pas de soi et suit une lente évolution et même des rechutes en fonction des évènements, elle est teintée par le bagage du héros et la vision méfiante que son expérience du monde lui a donnée.

Pour finir, un petit détail m’a un peu gêné : le titre parle de Warchild « enfant de la guerre » et le roman de Warboy, n’aurait-on pas pu harmoniser ? A moins qu’il n’y ait une nuance qui m’ait échappé ?

Auteur : Admin

Passionnée de lecture, je m'intéresse surtout à la Science-Fiction, à la Fantasy et au roman policier, les mauvais genres, mais pas que...

Laisser un commentaire