Brin d'aventure

Patchwork de Fantasy, SF, Policier et jeu

HAYDON Elizabeth : La symphonie des siècles

| 2 commentaires


Pygmalion a publié cette année le dernier tome de la série de fantasy La symphonie des siècles. L’éditeur est en effet coutumier du fait de scindre en 2 les ouvrages qui sont publiés en tomaison aux Etats-Unis, ce qui donne des séries à rallonge qu’il est pénible de réunir pour le prêt en bibliothèque ! Elizabeth Haydon combine à ses dons de harpiste et de chanteuse, des connaissances en herboristerie et les mêle étroitement à ses écrits, réussissant à créer une oeuvre imprégnée de poésie et de musicalité.
Au commencement, Rhapsody est une baptristelle (comprenez barde) qui cherche à fuir un ancien client de l’époque où elle était contrainte de se prostituer. C’est en se faisant passer pour la soeur d’un duo étonnant, qu’elle fait la connaissance de ses futurs compagnons : Grunthor, le géant cannibale au grand coeur et le « Frère » un assassin infaillible et glacial. Elle dévoile alors le talent incroyable de sa voix en changeant (chantant) accidentellement le nom de « Frère » en « Achmed le serpent » et se faisant en bouleversant sa destinée qui le condamnait à une éternité de servitude sous la coupe du F’dor. Le F’dor est le démon primordial qui tente de conquérir le monde et de détruire les continents par le feu. Contrainte de les suivre dans leur fuite, elle s’engage avec eux au plus profond de la terre, le long des racines de Sagia l’Arbre primordial qui contrôle le temps. Le voyage aux tréfonds des origines du monde va transformer et magnifier Rhapsody tout en leur faisant traverser le temps et l’espace : le reste de l’aventure se passera sur un nouveau continent.
Un des attraits de cette série est la camaraderie qui se noue, un peu malgré eux d’ailleurs, entre ses personnages si différents au départ : Rhapsody en attente de gentillesse et de tendresse, Grunthor la brute cannibale qui la prend sous son aile et Achmed, le froid calculateur qui ne se laisse jamais gagner par ses émotions. La tension toujours présente entre eux participe à la tension du récit.

Auteur : Admin

Passionnée de lecture, je m'intéresse surtout à la Science-Fiction, à la Fantasy et au roman policier, les mauvais genres, mais pas que...

2 Commentaires

  1. Cette série m'a toujours intrigué mais n'est ce pas un peu trop "féminin" ?

  2. C'est bien possible… le personnage principal est Rhapsody et c'est elle que l'on suit de plus près. En fait, je la vois comme la figure de proue du trio formé avec Achmed et Grunthor. Il faudrait un point de vue masculin sur la question, la fantasy étant trop souvent l'apanage des femmes. Donc, il ne reste plus qu'à vous lancer 🙂

Laisser un commentaire